NDP

5 septembre 2019

Rappel des faits : les Libéraux ont passé des années à profiter de l’endettement étudiant

Le gouvernement de Justin Trudeau a profité du fait qu’il a gagné des milliards de dollars grâce aux dettes étudiantes, pendant que les jeunes se débattaient pour se sortir d’un endettement étouffant.

« Justin Trudeau a passé quatre ans à recueillir des milliards de dollars en intérêts auprès des jeunes qui venaient de commencer leur vie, même s’ils et elles faisaient des sacrifices pour rembourser leurs prêts étudiants chaque mois : vivre chez leurs parents plus longtemps, avoir deux emplois et même remettre à plus tard leur projet de fonder une famille, a déclaré Jagmeet Singh, chef du NPD. Justin Trudeau et les libéraux ont laissé tomber les jeunes. Il a prononcé de nombreux discours élogieux sur la prochaine génération de Canadiens et Canadiennes, mais il n’a jamais cessé de puiser dans leurs comptes bancaires pour leur soutirer de l’argent. C’est injuste de tirer profit des prêts étudiants. »

Le bilan des libéraux en matière d’endettement étudiant montre à quel point ils ont laissé tomber les jeunes Canadiens et Canadiennes :

  • Le total de la dette étudiante fédérale s’élève à près de 17 milliards de dollars, tandis que le gouvernement Trudeau a perçu près de 3 milliards de dollars en intérêts auprès des étudiant∙es depuis 2015.[1]
  • Un rapport interne du gouvernement a qualifié le système de prêts étudiants de « défaillant », notant que le coût de l’éducation augmente plus vite que les salaires et que l’augmentation du coût de la vie aggrave les difficultés des jeunes.[2]
  • Le fardeau moyen de l’endettement étudiant est de 26 000 $, il faut entre neuf et 15 ans pour le rembourser et les paiements peuvent représenter jusqu’à 13 % du salaire des diplômé∙es.[3]
  • Le Bureau du directeur parlementaire du budget estime que près de la moitié des étudiant∙es auront des besoins financiers égaux ou supérieurs à la limite de prêt pendant leurs études d’ici 2021. [4]
  • Quatre provinces ont déjà éliminé les intérêts sur leurs prêts : la Colombie‑Britannique, le Manitoba, la Nouvelle‑Écosse et l’Île‑du‑Prince‑Édouard. [5]